En étant en Norvège je me devais de partir visiter ce pays de l’intérieur. Je me suis enfoncé dans les terres pour admirer la « Norvège profonde ». Cette Norvège-là, est différente de celle des côtes. N’ayant pas de voiture, j’ai pris le train pour me déplacer. Mais ce que j’ai découvert à dépasser toutes mes attentes. Dès mon arrivée à la gare de Bergen, je pensais découvrir toute la modernité du pays. Mais à ma grande surprise, on aurait dit que le temps s’était arrêté, ici une verrière arquée, là des horloges d’antan avec leurs grandes aiguilles, puis le sifflement du train pour marquer son entrée en gare, ce dernier d’ailleurs a une forme cubique très surprenante. Ici, le train c’est un moyen de transport aussi rapide que la voiture car les autoroutes restent difficilement constructibles au milieu du pays. En plus, la majorité des trains norvégiens ne proposent qu’une seule classe, ce qui illustre parfaitement ce souci d’égalité si cher à la Norvège (après tout, c’est dans ce pays que le prix Nobel de la Paix est décerné presque chaque année).

 

Gare de Bergen

Gare de Bergen

 

Les moteurs sont en marches, le sifflet retentit, il est temps de monter en voiture. La première heure n’aura été qu’une succession de tunnels et de gares; la seconde m’a offerte des paysages fantastiques. La falaise d’un côté et de l’autre, les reflets des maisons sur le lac. Mon premier arrêt pour quelques heures : la ville de Voss, mondialement connue pour son eau de qualité et son design d’emballage., Je me suis rendu au lac attenant, l’eau limpide bordée par les montagnes et les brumes formant une couronne. et par la suite, un détour par son église en pierre et son clocher recouvert de planches brunes. Tout le contraire des églises norvégiennes recouvertes entièrement de planches blanches habituellement mais en tout les cas c’était encore un moment de grande sérénité !

 

Panorama du lac de Voss

Panorama du lac de Voss

 

Puis c’est déjà l’heure de repartir ! De nouveaux paysages alpins, de nouvelles émotions et une vision qui me rappelle certains films américains lorsque le jour descend et enveloppe d’une douce lumière dorée les paysages rendus sublimes. Une longue nationale longée par la voie ferrée toutes deux entourées par les lacs, les montagnes, de temps en temps la toundra et en ligne de mire le coucher de soleil ! Nouvelle arrêt : Geilo. Petit village tranquille en été et station de ski l’hiver. Parfait pour la relaxation, mais pas le temps de traîner, la nuit tombe enfin. Direction le haut des montagnes pour une vue à couper le souffle.

 

 

De retour au village, j’ai cherché une structure qui avait éveillée ma curiosité d’en haut. C’était une église vraiment différente des autres, surprenante pour un pays si conservateur. Un style très contemporain avec un clocher cylindrique.

 

Église de Geilo

Église de Geilo

 

Deuxième jour et nouvelle direction : Flåm (à prononcer Flôm) qui signifie « petit pré entouré de montagnes escarpées ». Ce petit village est situé à une centaine de kilomètres des côtes à vol d’oiseaux, et est relié par un estuaire. Généralement pour s’y rendre, tout le monde prend le train : le Flåmsbana, qui parcourt une vingtaine de kilomètres entre la gare de Flåm et celle de Myrdal dans un décor grandiose. C’est l’une des lignes les plus pentues au monde avec un dénivelé de 870 mètres de hauteur sur 20 km, si on exclut les chemins de fer à crémaillère. Les paysages sont encore une fois indescriptibles.

 

Flåm

Flåm

 

Puis l’heure du retour s’approchait, la Norvège est remplie de coins cachés et de découvertes insolites, donc une autre escapade touristique s’impose avant mon départ. D’ailleurs, en voyageant seul, on fait aussi de belles rencontres, l’histoire d’un instant. On croise sur ces chemins des tas de gens sympathiques des Français, des Anglais et même des Américains ! On s’échange les bonnes adresses et les endroits à ne pas manquer, on fait connaissance en anglais . Ces instants sont des purs moments de bonheur qui façonnent l’ouverture d’esprit !

 

Date de dernière mise à jour: 13 novembre 2017