Aujourd’hui, un peu de nostalgie puisque je vais vous parler d’une histoire qui vient de ma vallée d’origine. Et oui voyager ne m’empêche pas d’oublier ma région ! Cette histoire concerne un lieu unique en son genre de part sa beauté.

 

Le pré de Madame Carle est un plateau situé au pied du glacier blanc et du glacier noir, dans le massif des écrins. L’endroit est très réputé pour son atmosphère incomparable, il offre une vue exceptionnelle des sommets alentours, avec des lumières révélant des perspectives très impressionnantes des ces décors de haute montagne.

 

17814498_1219371671493446_4607221481450902309_o

Chouette endroit

 

 

Je veux en fait vous expliquer d’où cet endroit tire son nom. C’est une légende amusante remontant déjà à plusieurs siècles.

 

L’histoire se déroule en 1505 quand Geoffrey Carle président du parlement du Dauphiné et à l’époque, possesseur de l’actuel pré de madame Carle, décide de faire réaliser par un jeune peintre italien une fresque sur les murs de l’église St-Jean des Vigneaux. La fresque devait représenter 7 personnages symbolisant chacun un des 7 péchés capitaux, le thème des vices et de leu châtiment était très en vogue à l’époque.

 

Une vue sur le glacier blanc

Une vue sur le glacier blanc

 

 

L’épouse de Geoffrey, Louise Carle vivant alors dans une demeure du pré de Madame Carle, était chargée de surveiller la réalisation de la fresque, mais au lieu de ça elle s’éprit du peintre Italien et entama une relation amoureuse avec lui. Tout allait bien jusqu’à ce que Louise tombe cette fois sous le charme du Seigneur du domaine de Rama, à coté de l’Argentière la Bessée. Le peintre jaloux décida de modifier sa fresque en remplaçant la tête des personnages de sa fresque symbolisant la colère, la luxure et l’orgueuil respectivement par celle de Geoffrey Carle, de Louise et de son nouvel amant.

 

 

En été...

En été…

 

 

Geoffrey Carle reconnut immédiatement les personnages, et mit au courant des différentes aventures de son épouse, décida de se venger. Pour ce faire, il eut l’idée d’assoiffer plusieurs jours la mule que Louise utilisait lors de ses promenades à travers le Pré de Madame Carle. Ainsi lorsque Louise en fourcha sa monture favorite, celle ci se précipita, avec une violence inouïe, vers le torrent  le plus proche pour étancher sa soif. La pauvre Louise chuta dans l’eau et se noya.

 

Et c’est Geoffrey qui décida « d’honorer » sa femme, ou plutôt de terminer sa vengeance,en nommant son pré favori ainsi.

 

 

1 Comment

  • Roman dominique / 12 avril 2017 at 19 h 57 min

    Trop bôôô ton pays

    Répondre
Date de dernière mise à jour: 10 avril 2017